Nouvelles

Voyage en soi: traiter les maux de tête et les tumeurs avec des mini robots


Révolution dans le contrôle du cancer et le traitement de la douleur

Cela ressemble à un nouveau film de science-fiction, mais c'est réel: une équipe de recherche allemande a mis au point une méthode par laquelle des véhicules microscopiques de type sous-marin flottent à travers le corps et apportent des ingrédients actifs dans les domaines d'application souhaités. Cela pourrait lutter efficacement contre les tumeurs et traiter la douleur de manière ciblée. Grâce à cette méthode au son futuriste, les tissus sains restent en grande partie intacts.

Les scientifiques du Centre médical universitaire de Mayence et de l'Institut Max Planck pour la recherche sur les polymères (MPI-P) ont récemment présenté un projet d'étude dans lequel une nouvelle méthode de thérapie contre les tumeurs et la douleur est le sujet central. Le cœur du nouveau traitement sont les soi-disant nanocarriers. Ces sous-marins microscopiques peuvent être remplis de médicaments, qui sont ensuite transportés vers une destination dans le corps. Sur place, les petits compagnons s'accrochent aux cellules immunitaires et y libèrent le principe actif. Les résultats de l'étude ont été récemment publiés dans la célèbre revue "Nature Nanotechnology".

Tirez avec des moineaux

Dans les méthodes de traitement actuelles, des médicaments sont souvent administrés, qui sont distribués dans tout le corps. Cependant, le lieu où les ingrédients actifs sont effectivement utilisés n'est souvent que petit et limité dans l'espace. Pour contrer cet aspect, l'équipe d'étude a développé le nanocarrier. Celles-ci permettent un transport ciblé des médicaments vers certains types de cellules.

Un millième de cheveu humain

Les scientifiques décrivent le nanocarrier comme une sorte de sous-marin miniature de la taille d'environ un millième du diamètre d'un cheveu humain. Les véhicules sont si petits qu'ils ne peuvent pas être vus à l'œil nu. Malgré leur petite taille, les mini sous-marins conviennent comme conteneurs de transport concentrés pour les substances médicinales.

Lutte contre le cancer

Le revêtement de surface est destiné à garantir que les sous-marins puissent s'accrocher particulièrement bien aux tissus entrecoupés de cellules cancéreuses. Le revêtement se compose en grande partie d'anticorps qui fonctionnent comme une adresse sur un emballage. Les anticorps garantissent que le nanoporteur ne peut s'ancrer qu'à un certain point, comme les cellules tumorales ou les cellules immunitaires.

Double efficacité

«Jusqu'à présent, ces anticorps devaient être liés aux nanocapsules par des méthodes chimiques complexes», rapporte le professeur Dr. Volker Mailänder dans un communiqué de presse sur les résultats de l'étude. L'équipe dirigée par le professeur a constaté qu'il suffit que le revêtement combine des anticorps et une nanocapsule dans une solution acidifiée. Ce processus simplifié rendrait la connexion entre la nanocapsule et l'anticorps environ deux fois plus efficace.

Amélioration cruciale

Dans des expériences précédentes, l'anticorps couplé chimiquement a perdu presque complètement son efficacité lorsqu'il était exposé aux conditions régnant dans le sang humain. En revanche, les anticorps appliqués non chimiquement fonctionnent également dans ces conditions.

Coque extérieure plus stable

«La connexion auparavant courante via des processus chimiques complexes peut conduire à un changement ou même à une destruction de l'anticorps ou à l'ajout rapide du nanoporteur dans le sang avec des protéines», explique le professeur Dr. Katharina Landfester de l'Institut Max Planck pour la recherche sur les polymères. La nouvelle méthode protège l'anticorps et rend le nanoporteur plus stable. Cela peut assurer une distribution plus efficace des médicaments dans le corps.

L'avenir repose sur les processus de thérapie nanotechnologique

Avec la nouvelle méthode, le revêtement peut non seulement être effectué plus simplement, mais également sur toute la surface. Selon les scientifiques, il y a moins d'espace sur le nanoporteur pour les protéines sanguines qui pourraient empêcher l'amarrage à une cellule cible. Dans l'ensemble, les chercheurs considèrent la nouvelle méthode comme une contribution majeure à l'efficacité et à l'applicabilité des méthodes thérapeutiques basées sur les nanotechnologies à l'avenir. (v)

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Migraine ou céphalée de tension? Michel Cymes vous dit comment les différencier - RTL - RTL (Juillet 2021).